Rando à St Germain la Montagne avec les “Pas Tranquilles”

Encore un mardi, comme à chaque sortie, d’où nous revenons emballés de ce que nous avons fait, vu, senti, ressenti, éprouvé
Aujourd’hui, nous étions 22 paires de pieds, donc pour ceux qui n’auraient pas leur calculette, 44 chaussures, godillots, godasses, croquenots qui trépignaient au démarrage, prêts à affronter la montagne de St Germain.
Température douce, agréable, Denis avait prédit qu’il ferait beau, il A FAIT BEAU mon appareil photo n’étant pas coopératif, et moi envie de liberté aujourd’hui, vous n’aurez pas « d’images », seules celles qui resteront fixées dans un petit coin de votre mémoire… si vous avez bien ouvert vos yeux …
Notre première rencontre, La Madone de la croix du Plat, accueillante avec son parc aménagé, bancs et tables, bibliothèque ouverte contenant de livres à disposition du passant qui souhaite se poser un moment …pour les plus sportifs, une table de ping pong !!!
Pas vu St Antoine annoncé, donc rien mis dans l’bastringue, je devais être en grande conversation avec mes voisins de marche.
Avons dû laisser passer un 4X4 très très sale qui cherchait sa route ???…et que nous avons rencontré plusieurs fois, en devant respirer ce qu’il nous balançait en roulant … dommage … la forêt sentait si bon, une odeur de sapin fraichement coupé, de mousse, de champignons qui sortent tout contents avec leurs petits chapeaux de toutes les couleurs …ne les connaissant pas, je me contente de les admirer.
Au loin, des bois de diverses essences, dont un bois de mélèzes qui a attiré notre regard par son feuillage doré.
Pas loin de lui, un arc- en- ciel montant tout droit de la terre, dont l’arc se perdait dans la brume, nous a offert ses merveilleuses couleurs alors qu’en même temps, nous prenions quelques gouttes d’eau sur le nez… j’ai bien dis quelques gouttes … peut-être dix, et encore …
Pendant que nous admirions ces divers effets de lumière, notre guide nous a montré un château, derrière les bois, ne se souvenant plus si c’était celui de Dracula, dans lequel logeait actuellement le Marquis de Sade, précisant qu’il était prêt à nous recevoir … (une personne à la fois, bien précisé)… tentant…mais pas le temps .
Pour terminer cette belle “ballade” nous avons vaillamment franchi le petit ressaut à 61%, avec nos moyens du moment, nos deux jambes, nos bâtons et notre énergie pas eu besoin de sherpas donc, ni d’hélicoptère, ni de cordes échelles, ni de main courante, rien, de rien, nous devenons des “pros” nous n’avons donc pas entamé le capital participation covoiturage de 0.50 € et avons pu rentrer, chacun chez soi, des souvenirs plein la tête, et des senteurs plein le corps.

À mardi prochain, Francine