LES PAS TRANQUILLES à VARENNES SOUS DUN avec le soleil mardi 18 Février 2020

Comme pour se faire pardonner de son absence de la semaine dernière, le soleil est là, bien présent.
20 visages à l’air heureux dès le départ s’extirpent des voitures, suivis de 20 paires de pieds encore tout propre, 7 appartiennent à la gent masculine, celle-ci représente donc 1/3 de notre petit groupe aujourd’hui. Vous m’avez bien suivie ?
Bravo messieurs… c’est bon la marche.

Sabri et Denis consultent leurs cartes : oui, ils ont bien pris la même. Je signale la gentille attention de Denis : ci-joint une grosse carte pour mon ami Sabri qui voit pu bien clair.

Listing de notre sherpa chef sur cette nouvelle cht’ite rando, travail “prémâché” pour moi, merci Denis. Cette rando de 7,5 km remplis de difficultés:

  • une montée à la” haute roche” qui nous gratifiera d’un joli point de vue .
  • une deuxième montée plus poilue dans les cailloux des “trappes”
  • une bonne descente pleine d’imprévus où on se retiendra tous par lapodéfess
  • un passage bouillasseux puis herbeux

bref, une rando comme un plat d’hiver chaud, rigoureux et gratiné. Et je dois vous dire que nous avons tous adorer le déguster : ce plat d’hiver chaud, tout en papotant, comme autour d’une table agréablement garnie. Pas de vin au menu, mais l’eau de nos gourdes souvent sollicitées.

Les paysages qui s’offrent à nous sont une fois de plus magnifiques, merci Dame Nature. Le soleil brille et nous accompagnera durant toute notre marche. Il fait frais, mais c’est de saison, certains anoraks se retrouvent cependant à un moment bien accrochés autour des tailles.

Tantôt nous longeons de grandes étendues vertes, pas de bêtes dans les prés, elles feraient trop de dégâts dans l’herbe fraîche, les terrains sont toujours gras. Tantôt nous traversons des forêts avec le soleil qui joue à cache-cache dans les frondaisons et nous fait des effets d’apparitions célestes.

Dans l’air, un parfum pour chatouiller nos narines variable selon que nous trouvons dans un sous-bois, là c’est un air délicat, subtile que nous humons avec plaisir… ou plus loin, près des fermes, c’est le “chanel des prés” comme je le nomme, il fleure “bon” l’ensilage, les écoulements des écuries, les eaux usées… c’est un ensemble très “champêtre”.

Aujourd’hui, nous avons eu le plaisir de voir 5 jeunes faons détaller au bruit que générait notre groupe… fugace image de la nature, la vraie, celle qui fera toujours pousser des cris de bonheur.
Au loin le chant des tronçonneuses, étonnant duo : l’une commence, l’autre lui répond, parfois leur chant s’enlacent dans un duo parfait… travail des élagueurs dans les chemins.

Une jolie empreinte dans la boue, sur le côté du chemin, attire mon attention. J’ai le réflexe d’y poser à côté ce que je trouve dans ma poche : une pochette de kleenex… ce qui donne une idée de sa taille. Si vous avez envie de savoir : à vos recherches, je serais heureuse d’en être informée. Merci pour votre réponse. Rien à gagner juste pour le plaisir de la découverte.

N’oubliez pas de mettre vos chaussures, montantes et étanches de préférence et de vous munir de deux bâtons ; ce ne sera pas du luxe. Point de réelle difficulté, un peu de boue certes, mais notre formation commence à être au top. Nous devons bien en être à notre “4ème godillot” (sur une échelle de 6) vous dire nos capacités !!! et nous valsons autour des ornières, flaques et autres points d’eau sans figures de style inappropriées. Des pros, je vous dis, nous devenons chaque semaine.

Le soleil commence à descendre à l’horizon, c’est le moment du retour, nous retrouvons nos voitures qui nous ont patiemment attendus. A nouveau les étirements sont mis à l’honneur à l’arrivée, Sabri en a même rajouté, en en promettant d’autres pour la semaine prochaine. Merci Sabri. Je trouve que ce moment de la marche est très important, quelle que soit la difficulté du travail fourni.

En nous quittant, chacun se déchausse pour ne pas maculer les véhicules qui nous transportent…
Les pantoufles de plumes sont là qui nous attendent dans leur petit sac tout propre.

A la semaine prochaine… en pleine forme, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige…

Merci Denis, merci Sabri, nos sympathiques et vaillants guides.

Francine